Le revêtement d’une façade au moyen de bardages de bois massif est une technique relativement simple à mettre en œuvre, pour autant qu’un certain nombre de règles élémentaires soient respectées. Le bois massif présente de nombreux avantages, il est isolant, esthétique et résistant. Le bois est un matériau économique, écologique, renouvelable et recyclable.

Quelle espèce de bois convient au mieux à ce type d’utilisation ? L’esthétique et le prix seront des éléments décisifs, mais la durabilité du bois restera le facteur le plus déterminant.

En règle générale, tout type de bois ou presque conviendra, mais si un bois de durabilité naturelle élevée (classe I, II ou III) se suffit à lui-même sans autres précautions que celles prévalant à sa mise en œuvre, une essence moins durable pourra convenir également, moyennant un traitement préventif adéquat.

Beaucoup de bois à durabilité naturelle élevée font preuve d’un poids volumique important, mais également d’une stabilité parfois perfectible pour un usage en bardage. La densité du bois n’est pourtant pas un critère déterminant dans la durabilité d’un bois ; de plus, non seulement le poids du revêtement augmente considérablement, mais la mise en œuvre de ce type de bois s’avère souvent plus difficile.

De nombreuse essences conviennent, mais nos préférences vont aux bois légers et stables. Lorsque la durabilité naturelle d’un bois ne suffit pas, c’est le cas pour l’épicéa et le pin sylvestre, des traitements existent qui augmentent considérablement cette durabilité. Traitement chimique par autoclave ou imprégnation, mais également traitement thermique (thermochauffage, rétification®,…) pour modifier les caractéristiques d’un bois sans ajout de produits chimiques.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, un bois aussi peu dense que le cèdre (western red cedar) constitue une des meilleures alternatives en matière de bardage. Léger, stable et durable, d’une grande facilité d’usinage et de pose, il offre également des qualités esthétiques indéniables, se parant d’une teinte gris argent uniforme lorsqu’il est laissé dans son état naturel sans traitement ultérieur.

Il faut savoir que le grisaillement du bois est un phénomène naturel, touchant toutes les espèces de bois, quelle que soit leur couleur ou leur durabilité. Ce grisaillement a lieu sous l’influence de la lumière UV et de la pluie, mais n’altère en rien les qualités physiques du bois. Le phénomène est naturel et ne pourra être contré que moyennant l’application d’une finition pigmentée. L’application d’un produit de finition ne s’avèrera nécessaire que pour répondre à une volonté esthétique de maintenir ou imposer une teinte particulière. En milieu particulièrement pollué, le bois pourra prendre une teinte gris foncé à noirâtre qui pourra nécessiter également l’application d’un traitement de surface.

La pose d’un bardage en bois se fera, dans tous les cas de figure, en prévoyant un espace de ventilation suffisant au dos des profils. Le bois séchera d’autant plus facilement après une période de pluie et cela augmentera sa longévité. Un écran pare-pluie perméable à la vapeur sera éventuellement employé sur la structure de support et, pour éviter la corrosion des métaux en contact avec le bois, les fixations seront réalisées à l’aide de clous, de vis ou de clips en inox. Il est également bon de savoir qu’un bardage en bois disposé verticalement évacue plus rapidement l’eau de pluie.